Le parfum est une signature

Le parfum est une signature

Comme pour tout dans ma vie, je suis extrêmement fidèle au parfum que je porte. Il me définit. Il me précède. Il me succède. C’est la touche finale qui complète le tableau et emporte tout !

Je suis extrêmement sensible aux odeurs, l’héritage de mon enfance dans la nature à la campagne ou au bord de la mer. Restent gravées dans ma mémoire, très présentes, les odeurs de sous-bois humide en Octobre, au moment où l’on partait ramasser des champignons. Ou l’odeur de l’iode, du sable chaud, des pignes de pin et de résine, et des immortelles de la dune du Pyla. Ou les effluves de salmis de palombes qui s’échappaient de la cocotte sur la cuisinière en fonte de ma grand-mère.

Véritables madeleines de Proust, j’ai gardé l’odeur de l’eau de Cologne citronnée de mon grand-père, ou le sillage de vanille ambrée caractéristique d’un grand parfumeur parisien laissé par ma mère…

Comme pour tout dans ma vie, je privilégie la fidélité, en matière de parfum. Je n’aime pas en changer, en fonction d’une occasion ou d’un événement. Le parfum pour moi, signe une personnalité, en constitue la touche finale.

Le parfum précède une personne, ou laisse une trace de son passage. Le parfum est une signature. Je suis capable de porter le même parfum pendant des années. Jusqu’à ce que je ne le sente vraiment plus. Ou trop souvent sur les autres.

J’ai longtemps porté un élixir très corsé, aromatique et original d’une grande marque américaine. Je l’avais, comme souvent, senti sur quelqu’un et je m’étais sentie irrésistiblement attirée. Comme d’un homme, j’en suis tombée amoureuse ! Il me le fallait absolument. A l’époque, il se faisait rare. Je l’ai adopté. J’en ai inondé mes armoires et mes vêtements. Il me définissait tellement qu’on savait au bureau, sans me croiser, si j’étais passée ou pas. Et puis, il est devenu ordinaire, car trop porté. Quelle galère pour en changer.

J’ai tâtonné, essayé, épuisé toutes les vendeuses avant de me laisser séduire à nouveau. Cela m’a pris des années ! Après cet élixir corsé, il me fallait quelque chose d’aussi fort, mais différent : moins aromatique, plus voluptueux, plus sensuel, plus sucré…C’est encore sur une femme que j’ai trouvé mon bonheur : une inconnue, croisée dans la rue, que je n’ai pas hésité à suivre et à interpeller. Elle a accepté de me livrer son secret : l’œuvre d’un grand parfumeur français !

Enfin j’avais trouvé ma nouvelle signature, rare, originale : un oriental boisé ambré vanillé, avec une pointe d’encens et de patchouli. On imaginerait un parfum plus léger pour une blonde peut être…Mais je me suis laissée guider par mon nez et mon instinct. Et j’accueille avec plaisir les compliments. Je ne peux rien faire sans mon parfum. Impossible de présenter une émission sans me remettre trois gouttes derrière l’oreille…J’aurais une impression de nudité !

Ceci pourrait également vous intéresser :

Laisser un commentaire *Ceci est un champ obligatoire.
Je confirme avoir écrit ce commentaire et accepte la charte de conduite ainsi que les conditions d'utilisation.

Secrets de star : Michèle Laroque

C’est l’une des comédiennes préférées des français. Elle vient de réaliser son premier film, « Brillantissime », une comédie dont l’héroïne, une jolie quinqua, qu’elle interprète, voit tous les équilibres de sa

Lire plus

Mes tenues d’été

L’été et la chaleur reviennent. Comment rester séduisante et sexy, malgré les imperfections et les outrages du temps qui passe…Je vous livre mes conseils !

Lire plus